Les investissements en SCPI sont des options qui procurent des rendements assez intéressants. Ainsi, il existe plusieurs types d’investissement en SCPI. C’est le cas de l’investissement en SCPI en démembrement et en SCPI en nue-propriété. Ce dernier est assez recommandé pour plusieurs raisons. En voici les détails nécessaires.

Une épargne immobilière à petit coût

Lorsque vous faites le choix d’acheter les parts de scpi en nu propriété, vous pouvez bénéficier d’une décote sur les prix. Cette dernière varie souvent selon la durée du démembrement. Quand la durée est importante, la décote est plus élevée. Les offres clés de répartition varient d’une société de gestion à une autre. Cela permet aux entreprises de déterminer les décotes applicables. La durée d’une décote peut être de :

  • 5 ans,
  • 10 ans,
  • 15 ans.

Vous pouvez compter moins de 20 % si la durée du démembrement est de 5 ans. Il faudra environ 30 % de décote pour une durée de 10 ans. 35 à 40 % suffiront pour 15 ans. Quant à un démembrement sur 20 ans, préconisez entre 40 et 45 %. Notez que sur le marché, la durée moyenne des démembrements des SCPI varie entre 5 et 15 ans.

Une fiscalité assez attrayante

Avec l’option nu-propriétaire, vous pouvez bénéficier d’une fiscalité attrayante au cours du démembrement (IR et IFI). Pendant la période du démembrement, le nu-propriétaire n’a pas droit aux revenus générés par la SCPI. C’est cet inconvénient qui lui permet d’alléger son impôt sur le revenu.

De manière générale, l’épargne immobilière n’est pas assujettie au payement de l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière). Sur le plan fiscal, le démembrement des parts de SCPI est assez intéressant pour les investisseurs qui subissent de lourdes impositions sur leurs revenus. Ces derniers détiennent généralement un patrimoine immobilier important qui est potentiellement soumis à l’IFI.

Une plus-value assez importante

Après la période du démembrement, le nu-propriétaire vous propose la pleine propriété des parts de SCPI. C’est une opération qui lui permet de bénéficier d’une meilleure plus-value, parce qu’il a eu droit à une décote sur le coût d’achat des parts. La présente plus-value est générée par la réunion de l’usufruit et de la nue-propriété. Elle n’est soumise à aucun impôt. À titre d’exemple, un investisseur en nue-propriété peut acheter 100 € par part à un prix décoté de 30 %. 10 ans plus tard, il peut récupérer la pleine propriété des parts équivaut à une valeur de 100 euros. En clair, cet investisseur gagnera 30 € par part.

Une liberté importante

Suite à la période de démembrement, l’investisseur sera libre d’agir comme il souhaite. Il aura notamment le choix de conserver les parts de SCPI en pleine propriété. Cela lui permettra d’avoir droit à des revenus complémentaires. Ces derniers seront assujettis à l’impôt sur le revenu. L’investisseur peut aussi choisir de céder ses parts pour encaisser une plus-value égale à la différence entre le coût d’achat décoté et celui de cession. Ce gain est mécaniquement élevé comparativement à celui qu’un investisseur en pleine propriété obtient. Ce dernier ne bénéficie d’aucune décote sur coût d’achat.

La plus-value est définie par la différence entre le coût de cession des parts et la somme des coûts d’acquisition en nue-propriété. En clair, le gain lié à la décote de prix initiale n’est pas soumis à la taxation des plus-values.