Frais achat immobilier
Les différents frais liés à l'achat immobilier

Acheter ou vendre un bien immobilier est un moment spécial dans la vie de tout individu. Pour le nouvel acquéreur, c’est le début d’une nouvelle vie de propriétaire et pour le vendeur, c’est un nouveau départ. Dans ces moments, il est courant que l’excitation l’emporte sur la rationalité. Les deux parties peuvent ignorer beaucoup de détails. Dans certains cas, l’une d’eux peut faire preuve de ruse et induire l’autre en erreur. Pour cette raison, il est important non seulement de garder les pieds sur terre, mais aussi de se renseigner convenablement au sujet de toutes les charges et les frais. Cela vous évitera, quelle que soit votre position, de nombreuses surprises désagréables.

Le prix d’achat du bien immobilier : la base de tous les calculs

Le prix auquel vous allez acheter un immeuble est un facteur important. C’est d’ailleurs la seule chose qui intéresse vraiment les deux parties lors de la vente. Ce qu’il faut savoir est que ce prix cache divers frais.

Le prix de vente d’un immeuble va déterminer le montant des frais comme la commission de l’agence immobilière et les frais de notaire.

En tant qu’acheteur, vous devez donc faire évaluer obligatoirement l’immeuble que vous voulez acheter afin d’être sûr de payer le juste prix. Si vous achetez un immeuble pour un prix au-dessus de sa valeur, les frais annexes seront si élevés et vous risquez très rapidement de regretter votre décision.

Il est vivement conseillé de négocier dans le but d’obtenir le prix le plus bas possible. Si vous n’êtes pas capable de le faire, vous pouvez avoir recours aux agences spécialisées dans le domaine.

Les frais de notaires ou les frais d’acquisition

Le prix d’achat d’un immeuble détermine les frais à payer au notaire. On parle encore de frais d’acquisition. Ces frais représentent environ 8 % du prix de l’immeuble qui viennent s’ajouter au prix d’achat et sont totalement à la charge de l’acheteur.

Les droits de mutation sont compris dans ces frais. Il porte également l’appellation de taxe de publicité foncière ou encore de droit d’enregistrement. Le rôle du notaire est de les collecter auprès de l’acheteur pour ensuite les verser en intégralité au trésor public.

Ces frais sont fixes. Ils sont soumis à une tarification obligatoire qui ne connaît aucun changement, peu importe l’endroit où se trouve le notaire. Ils peuvent être bas ou au contraire très élevés en fonction de la valeur du prix d’achat.

Le notaire bien évidemment est aussi rémunéré. On parle des émoluments. Ils sont indexés sur un tarif qui est lui-même proportionnel au prix d’achat. Il existe des outils de simulation en ligne qui peuvent déjà vous aider à avoir une estimation précise de ces frais.

Les frais de l’agence immobilière

Frais d'une agence
Les frais d’agence immobilière

Après avoir réglé les frais de notaires, vous devez faire face au coût relatif à l’agence immobilière. Ces frais ne sont pas toutefois systématiques. Ils n’interviennent que lorsque vous décidez de passer par une agence immobilière.

En principe, passer par une telle agence possède beaucoup d’avantages tels que :

  • Une aide à la recherche : Les agences immobilières vont vous aider à chercher et à trouver le logement de vos rêves et vous permettre d’investir dans l’immobilier en toute sécurité ;
  • Le conseil : Ils vous fournissent des conseils pratiques pour éviter certaines erreurs courantes ;
  • Un bon prix : les agences immobilières sont aussi capables de vous aider à obtenir le meilleur prix pour un bien immobilier.

Comme vous pouvez vous en douter, ces prestations ne sont pas gratuites et vous devez verser des frais à l’agence immobilière. Leur commission pourra ainsi venir gonfler le prix total. Elles représentent entre 1 à 7 % du prix de vente. Elles sont bien évidemment négociables. Vous pouvez également faire appel à un mandataire immobilier pour trouver votre bien.

Le taux ou le coût du crédit

Sauf si vous avez gagné à la loterie ou que vous êtes un homme d’affaires particulièrement prospère, vous êtes obligé d’avoir recours au crédit pour acheter votre immeuble. Ce crédit est rarement à taux zéro.

Le paiement de certaines charges est toujours associé au crédit. Il s’agit des frais relatifs à l’assurance, aux frais de dossier et au coût des garanties.

Vous pouvez utiliser les outils de simulations pour savoir à combien s’élèvera le montant réel du paiement que vous aurez à effectuer.

Les taxes à payer

Le rôle du notaire est particulièrement intéressant à ce niveau. C’est à lui que revient la lourde tâche de définir les taxes à prendre en compte par les deux principales parties impliquées dans la vente.

Le fisc estime que les impôts locaux doivent être entièrement payés par la personne qui occupe l’immeuble à la date du 1er janvier. Ainsi, la majorité des taxes qui sont liées à l’année en cours restent à la charge du vendeur.

Une taxe importante à garder à l’esprit est la taxe foncière. Cette dernière fait l’objet d’une répartition entre d’un côté le vendeur et de l’autre l’acheteur. Sur la période qui court du 1er janvier au jour où la vente a été réalisée, cette taxe sera supportée exclusivement par le vendeur.

Sur la période qui suit la vente, au 31 décembre suivant, il appartiendra à l’acheteur de supporter cette taxe.

La taxe d’habitation est une autre taxe qu’il ne faut surtout pas confondre avec la taxe foncière. Elle ne fait pas l’objet d’une répartition et doit donc être totalement prise en charge par le vendeur jusqu’au 1er janvier suivant.

Ces deux catégories de taxe dépendent de la taille et de la valeur du bien immobilier.

Les charges relatives à la copropriété

Les charges immobilières
Charges de copropriété

Que vous le vouliez ou non, lorsque vous achetez un bien immobilier, vous aurez à vous acquitter de certaines charges relatives à la copropriété. Les charges de copropriétés doivent être payées au syndic par le propriétaire.

Il n’est pas rare que les deux parties, c’est-à-dire le vendeur et l’acquéreur, intègrent une clause dans l’acte de vente qui en décide autrement.

Si la vente a lieu au cours d’un trimestre, les charges de copropriété sont réparties au prorata entre les deux au terme de ces clauses. Il s’agit d’une décision qui ne peut en aucun cas être opposée au fisc.

Il faut également garder à l’esprit que les remboursements ne vont qu’au copropriétaire à l’instant T où ils sont effectués.